Rémy Cointreau est l’entreprise française la plus « responsable » du secteur agroalimentaire

21 novembre 2022

Rémy Cointreau est l’entreprise française la plus responsable du secteur agroalimentaire selon une étude publiée par Le Point et fondée sur des critères sociaux, environnementaux et de gouvernance (voir ci-dessous). Tout secteur d’activité confondu, le Groupe se classe à la 45ème position de ce classement dans lequel il est cité depuis sa création il y a 3 ans.

Ce très beau résultat nous engage et est un nouvel encouragement pour l’ensemble de nos équipes, résolument engagées pour « L’Exception durable » chère à Rémy Cointreau.

« Merci à nos actionnaires qui nous permettent de nous inscrire dans le temps long. Merci aux générations précédentes qui nous ont transmis un formidable patrimoine. Enfin et surtout, merci aux équipes dans le monde entier, de nos sites de production aux marchés, en passant par le siège. Nous ne sommes pas parfaits, la route est encore longue. Mais chez Rémy Cointreau, donner un sens à nos actions et incarner nos valeurs est incontestablement l’affaire de tous » a commenté le Directeur Général du Groupe, Éric Vallat.

La méthodologie définie par Le Point :
Quelles sont les entreprises les plus « responsables » de l’Hexagone ? Pour réaliser ce palmarès, le premier en France sur un si vaste panel, Le Point s’est associé à Statista, un institut indépendant basé en Allemagne. Une liste de 2 000 entreprises, employant plus de 500 salariés et ayant leur siège en France, a d’abord été constituée. Les sociétés retenues devaient répondre à certains critères, comme la publication récente d’un rapport sur la responsabilité sociale et environnementale (RSE) ainsi qu’une activité ne portant pas uniquement sur la défense. Ont également été écartées les entreprises impliquées dans un procès lié à la RSE. Les firmes sont classées selon trois thèmes, qui ont tous le même poids dans la note finale : « Environnement », « Social » et « Gouvernance ».

Ces thèmes sont eux-mêmes constitués de plusieurs critères. D’une part, un sondage, réalisé auprès de 5 000 personnes et portant sur leur appréciation de la RSE pour les entreprises de leur connaissance, pèse pour 20 % de la note de chaque thème. D’autre part, l’institut Statista a relevé une vingtaine d’indicateurs clés dans chacun des trois thèmes : par exemple, la quantité de déchets ou les émissions de carbone pour la catégorie « Environnement », l’index de l’égalité salariale ou le nombre d’accidents du travail pour le « Social », le nombre de femmes dans le conseil d’administration ou la quantité de pages du rapport RSE pour le thème « Gouvernance », etc. Ces critères factuels pèsent pour 80 % de la note.