Faites le grand saut ! Ne réfléchissez pas trop à ce qui peut mal tourner. Pensez à tout ce qui peut bien se passer et aux nouvelles expériences que vous vivrez. N'ayez pas peur de vivre de nouvelles aventures. Soyez curieux de tout. Lorsque vous regarderez en arrière, vous vous souviendrez de cette expérience comme d'un changement de vie - et vous chercherez la prochaine.

Mickael BonnamyBrand Activator, Ghana

Témoignage

18.06.2018

Les missions d’un Brand Activator

Quel est votre rôle en tant qu’activateur de marque ?
Mon objectif à long terme est de créer un lien émotionnel entre la marque et nos clients. Mon travail consiste à stimuler les ventes et à faire connaître les différentes marques disponibles sur mon marché. Un autre élément clé est la gestion des relations avec les grands comptes et les clients. Il est essentiel de les fidéliser pour aider les marques à atteindre de nouveaux sommets.

Quelles sont les compétences nécessaires ?
La personnalité est essentielle. En tant que Brand Activator, vous représentez la marque 24/7, partout où vous allez. Vos actions et votre comportement doivent correspondre à l’image de marque et aux valeurs de cette dernière. Il est également essentiel d’avoir intérêt à éduquer les autres, car vous passerez la majeure partie de votre temps à défendre la marque auprès de vos futurs clients.

Qu’est-ce qui vous a plu dans ce poste ?
Tout d’abord, je suis passionné par l’artisanat et les spiritueux. Je pourrais passer des heures à en apprendre davantage sur l’histoire du cognac et son évolution au fil des siècles. Les valeurs qui caractérisent Rémy Cointreau sont « Des terroirs, des hommes et du temps ». Cela correspond tout à fait avec ma vision de la façon dont les choses doivent être faites. Il est beaucoup plus facile de travailler pour une marque lorsque la qualité de ses produits est incontestée et que vous êtes en accord avec ses valeurs. Aussi, en tant que Français, je connaissais bien les marques Rémy Martin et Cointreau avant de rejoindre l’entreprise.

Déménager de la France au Ghana

Pourquoi souhaitiez-vous travailler à l’étranger ?
J’ai toujours voulu vivre à l’étranger, sortir de ma zone de confort. Découvrir de nouvelles cultures et relever de nouveaux défis, voilà ce qui me motive. Par exemple, avant le Ghana, j’ai vécu au Canada, en Espagne et en Afrique du Sud. Vivre dans une culture différente vous oblige à être humble. Chaque jour apporte son lot de découvertes qui élargissent vos horizons et vous rendent plus tolérant.

Pourquoi le Ghana ?
Je n’ai pas vraiment choisi le Ghana, c’est le Ghana qui m’a choisi ! Après mon année de césure à Cape Town, en Afrique du Sud, je suis rentré en France, à Bordeaux, pour terminer mon master en vins et spiritueux. Je voulais retourner à l’étranger après mes études, aussi j’ai cherché des opportunités en ligne et j’ai vu ce V.I.E proposé par Rémy Cointreau au Ghana. Vous connaissez la suite.

Appréciez-vous la vie au Ghana ?
Je passe la plupart de mon temps dans la capitale, Accra, et je me rends de temps en temps dans des villes plus petites pour explorer de nouvelles opportunités. J’ai la possibilité de travailler à la maison la plupart du temps, en sortant seulement pour des réunions ou des activations. Chaque jour est différent dans mon métier. Si vous n’aimez pas être coincé dans une routine, c’est le travail parfait pour vous. Votre journée peut comporter une formation du personnel, un échantillonnage, l’organisation d’une dégustation pour des personnes fortunées ou l’organisation d’un dîner avec les médias, par exemple. Il est toujours agréable de s’évader de la ville le week-end et de séjourner dans des lodges le long de la côte. C’est sans aucun doute l’avantage de vivre dans un pays tropical.

Relever le challenge d’un V.I.E

Pourquoi avoir prolongé d’un an votre V.I.E ?
Je suis arrivé au Ghana en janvier de l’année dernière, en 2017. Habituellement, le contrat V.I.E dure 12 mois, mais j’ai pris la décision de prolonger mon séjour au Ghana d’une année supplémentaire. Dans un pays comme le Ghana, une année ne suffit pas pour avoir une bonne compréhension du marché. Je n’étais jamais allé en Afrique de l’Ouest auparavant, donc j’avais beaucoup d’informations à rattraper. Il m’a semblé naturel de tirer parti de la première année pour améliorer notre présence sur le marché au cours de ma deuxième année.

Qu’est-ce qui est le plus difficile ?
Maintenir les normes d’excellence de Rémy Cointreau au Ghana. Tout doit être fait de la bonne manière, ce qui peut être parfois difficile. Le Ghana est un marché assez nouveau pour nous, c’est pourquoi nous nous concentrons sur les moindres détails pour fournir des activations de premier ordre. Parfois, les Ghanéens ne comprennent pas tout à fait le cognac et sa complexité, mais c’est une excellente opportunité car ils sont très curieux et avides d’apprendre.

Un conseil pour des futurs expatriés ?
Faites le grand saut ! Ne réfléchissez pas trop à ce qui peut mal tourner. Pensez à tout ce qui peut bien se passer et aux nouvelles expériences que vous vivrez. Soyez curieux de tout. Lorsque vous regarderez en arrière, vous vous souviendrez de cette expérience comme d’un changement de vie – et vous aurez hâte d’embarquer vers la prochaine.

 

 

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération.