Géraldine Le GarrecBrand Director, Bruichladdich

Témoignage

Le 08.03.2018

Au retour de son congé maternité, et après plusieurs années passées au siège parisien, Géraldine Le Garrec est devenue directrice de marque pour Bruichladdich, s’installant ainsi en Écosse. Dans le groupe Rémy Cointreau depuis 11 ans, elle est devenue un exemple en termes de mobilité internationale réussie. Une opportunité que Géraldine a su saisir, voire provoquer.

Comment a commencé votre histoire chez Rémy Cointreau ?
En 2006, j’ai fait un V.I.E (programme qui offre à de jeunes professionnels des opportunités de travail à l’étranger) au Brésil pour un constructeur automobile international. Bien que ce fut une expérience inoubliable, il ne m’a pas fallu longtemps pour réaliser que j’avais besoin d’être convaincue par le produit sur lequel je travaillais. Avant la fin de mon V.I.E, je savais que voulais travailler dans une industrie qui me passionnerait.

J’ai donc adressé une candidature chez Rémy Cointreau pour un CDD (contrat à durée déterminée). J’étais non seulement intéressée par l’idée de travailler pour Rémy Cointreau, un groupe familial avec une périmètre international, mais aussi par son portefeuille de marques premium, une vraie vitrine mondiale de l’excellence de la culture et du savoir-faire français. La taille humaine de la société était son autre atout. Plus que les très grandes structures, elle favorise l’agilité tout en reposant davantage sur les personnes qui la composent. J’ai travaillé pour Rémy Martin, Passoã et Cointreau durant mes années au sein des bureaux parisiens avant que ne se présente l’opportunité de rejoindre Bruichladdich !

Quelle a été votre première impression de Bruichladdich ?
Ce fut vraiment une rencontre unique. Bruichladdich ne faisait pas partie du groupe Rémy Cointreau depuis longtemps lorsque j’ai rencontré l’équipe « Laddie » à Paris pour la première fois. Alors que j’écoutais Simon Coughlin, le cofondateur et Directeur Général, Douglas Taylor, le Directeur de la marque et Jim McEwan, le Maitre Distillateur, présenter Bruichladdich aux équipes françaises, je fus transportée par leur philosophie, leur vision et leur attitude. J’ai tout de suite su que si jamais l’opportunité d’aller en Écosse se présentait, je sauterais dessus.

Comment Rémy Cointreau vous a-t-il accompagnée dans ce changement ?
En premier lieu, j’ai eu une discussion avec les Ressources Humaines à Paris avant de m’embarquer dans l’aventure. Puis je me suis rendue en Écosse afin de m’entretenir avec l’équipe écossaise. Ce n’était pas vraiment le type d’entretien traditionnel auquel on peut s’attendre. Cet entretien portait évidement sur la mission mais avait surtout pour but de garantir la compatibilité des personnalités, être sûrs que nous travaillerions bien ensemble. Il s’agissait de prendre le temps de nous rencontrer et de nous connaitre, et tout est parti de là.

J’ai signé en novembre et me suis installée (enceinte !) en Écosse avec ma famille en décembre 2013 afin de devenir la Responsable Globale du Marketing pour le portefeuille Single Malts et pour The Botanist (gin. Et me voici désormais Directrice de Marques pour les Progressive Hebridean Distillers : un voyage excitant de 4 ans en Écosse !

Un conseil pour les autres professionnels qui cherchent à s’expatrier ?
Il faut être curieux et savoir prendre des risques. Pour être réussie, une expatriation ne doit pas mettre en danger votre famille et votre vie personnelle pour une simple progression de carrière. J’étais motivée par ce nouveau défi professionnel, mais partir en Écosse a été décidé en famille.

Diriez-vous que la mobilité interne est facilitée chez Rémy Cointreau ?
Il s’agit d’un groupe réellement ouvert sur la question. Les managers sont ouverts à ce type de discussions afin de nous aider à atteindre nos buts et nous offrir des opportunités de développement. Mais il faut savoir prendre les choses en main et ne pas attendre que quelqu’un vous dépose l’opportunité de mobilité sur un plateau. Soyez maîtres de votre destin !

Par exemple, Emma Lamont, qui travaillait dans mon équipe, a exprimé son désir d’évoluer dans sa carrière, idéalement à l’étranger. Emma est à présent Responsable de Marque Senior pour les Malts aux Etats-Unis, basée à New York City.