Arnault BrunetDirecteur des Services Partagés Asie

Témoignage

Témoignage initialement publié le 18.12.2018, mis à jour le 30.06.2022

En bref

Chez Rémy Cointreau depuis : octobre 2013
Poste actuel : Directeur des Services Partagés Asie
Basé à : Singapour
3 compétences clés pour travailler dans votre équipe : pro-activité, curiosité et être ouvert aux autres et aux nouveaux projets.

Votre métier en tant que directeur des services partagés d’asie

En quoi consiste votre métier ?
Le centre de services partagés Asie a pour fonction de « servir » les différentes business units du Sud Est Asiatique (GTR, SEAP, Malaisie, Japon). Nos responsabilités portent sur la finance, la chaîne d’approvisionnement, les ressources humaines, les taxes, le légal, les affaires publiques et compliance, l’IT, et les achats. A ce titre, nous aidons les BU dans leurs activités quotidiennes (gestion des flux produits, facturations, gestions des clients, support juridique, gestion des ressources humaines) ainsi que sur leurs différents projets (sites e-commerce, nouvelles filiales, développement d’applications mobiles ou de plateformes digitales).

Quels sont les grands enjeux des fonctions support de la zone Asie ?
Les grands enjeux sont de servir nos clients (les BU) de la meilleure manière possible en leur apportant une forte expertise technique, de la proactivité et de l’innovation dans les solutions proposées. La zone Asie évolue très rapidement, cela nécessite donc une très forte réactivité et une bonne compréhension des spécificités des différents marchés. Il faut ensuite savoir fédérer des équipes qui se trouvent dans des pays différents.

La crise du Covid a été très particulière en Asie où les mesures prises ont été globalement plus drastiques que dans le reste du monde. Après deux années ou l’activité a été faible, nous faisons face à un rebond rapide et à de nombreux projets. Par ailleurs, au niveau de ressources humaines, la crise du Covid nous a amenés à revoir la manière dont nous pensons les interactions, l’organisation du travail, la diffusion de la culture de la Maison Remy Cointreau.

Vous avez initialement rejoint Rémy Cointreau en tant que Manager Audit Interne en 2013 avant d’être nommé Directeur de l’Audit Groupe en 2014 : en quoi ces expériences précédentes vous aident dans votre activité actuelle ?
Une des spécificités communes à mes précédentes fonctions est la capacité à faire face à des situations différentes qui nécessitent des solutions adaptées. Cela implique une grande ouverture d’esprit, un esprit d’analyse et une grande adaptabilité dans les recommandations proposées. Les différentes fonctions qui ont été intégrées au fil du temps m’ont aussi amené à aborder des thématiques nouvelles et donc faire preuve de curiosité et d’apprentissage, des qualités clés au jour le jour dans la région Asie.

Votre mobilité interne et géographique chez Rémy Cointreau

Pourquoi avez-vous initialement intégré Rémy Cointreau ?
Rémy Cointreau était exactement le type d’entreprise que je recherchais. Premièrement, je souhaitais une petite ou moyenne entreprise et pas un géant international (ce n’est pas nécessairement ma tasse de thé). Deuxièmement, je voulais rejoindre une entreprise familiale, d’atmosphère positive avec un sentiment d’appartenance qui ne soit pas uniquement axé sur le profit. Troisièmement, je voulais travailler dans une entreprise dans laquelle je ne parlais pas à des robots, mais à des individus : des individus qui partagent une passion et aiment travailler ensemble. Enfin, le produit lui-même. L’artisanat devait être dans le vocabulaire de l’entreprise. Je crois fermement que nous restons fidèles à la tradition et demeurons chez Rémy Cointreau aussi authentiques que possible. Quand on dit que quelque chose est fabriqué à Cognac ou à la Barbade, c’est vrai.

Qu’est-ce qui a motivé votre changement de poste et de zone géographique ?
Après 6 années à l’audit, j’avais envie de faire autre chose, de plus opérationnel. Un poste en filiale et en lien avec les fonctions support était le prolongement logique. Je développe d’ailleurs, via le travail avec les différentes BU, des compétences dans des champs « nouveaux » telles que le commercial et le marketing. Pourquoi l’Asie ? L’Asie est une région intéressante, dynamique où il y a beaucoup de choses à faire. Je ne pensais pas spécialement à Singapour, mais lorsque l’opportunité s’est présentée, je n’ai pas hésité.

Comment décrieriez-vous votre expatriation ?
Ma mobilité a été un peu particulière car je fais partie de ce que j’appelle « les expatriés génération Covid ». Personne n’avait anticipé une telle crise, aussi longue. Il est vrai que les deux années ont été difficiles du fait de l’adaptation à un nouveau travail, à de nouvelles équipes (que l’on ne peut pas rencontrer) et des conditions ou contraintes de vie qui n’ont pas été des plus simples, notamment pour mon épouse – dont je loue le courage et la résilience – et mes enfants.
Si je devais prodiguer un conseil à ceux qui souhaitent suivre ce type de parcours, cela serait d’évaluer l’ensemble des impacts sur la famille. Une mobilité est certes un projet « personnel », mais c’est avant tout une aventure d’équipe.

Qu’est-ce qui vous plait chez Rémy Cointreau ?
Rémy Cointreau est un groupe familial ambitieux. Les personnes que j’ai la chance de côtoyer partagent les mêmes valeurs et c’est un privilège que de travailler avec elles. Par ailleurs, Rémy Cointreau est un groupe très dynamique, entreprenant de nombreux projets, très structurants. A ce titre, les prochaines années vont être riches en projets fascinants et novateurs : c’est très enthousiasmant.