Steven VanbockrijckDirecteur financier pour Rémy Cointreau Europe de l'Ouest et directeur financier chez Rémy Cointreau Belgique-Luxembourg

Témoignage

Comment es-tu arrivé dans le secteur des spiritueux ?

Il y a 15 ans j’ai commencé à travailler comme contrôleur financier avec l’ancien partenaire de distribution de Rémy Cointreau.Quelques années plus tard, le groupe m’a contacté pour m’occuper du Duty Free sur le continent Américain. J’étais basé à Miami et c’est une zone très intéressante où il y a beaucoup de contraste, entre le système canadien et la dynamique des marchés de l’Amérique du Sud et des Caraïbes notamment. Puis lorsque Rémy Cointreau a acheté Bruichladdich, on m’a proposé le poste de responsable financier à Islay.

Comment s’est déroulé le déménagement en Ecosse pour travailler avec Bruichladdich?

Mon déménagement était extrêmement excitant, car je suis un grand fan de whisky écossais. J’étais le seul de Rémy Cointreau dans l’équipe de Bruichladdich lorsque j’ai commencé, car tout le monde était là avant l’acquisition.

Que peux-tu nous raconter sur ton expérience à Islay ?

C’était fascinant de voir l’esprit créatif et indépendant des « Progressive Hebridean Distillers* » et leur adaptation au travail avec Rémy Cointreau. Au début, il y avait beaucoup d’enthousiasme à l’idée de faire partie d’un groupe plus grand, mais aussi un peu d’inquiétude quant à l’évolution des choses.De façon général, les gens sont surpris quand ils voient Bruichladdich car tout est encore fait à la main de façon très traditionnelle, et même quand Rémy Cointreau l’a racheté, rien n’a changé à cet égard. La meilleure façon de fabriquer un single malt c’est à la main et pour cela Rémy Cointreau a embauché davantage de personnes afin de produire plus de single malt de même qualité.

En quoi consiste ton poste actuel ?

Je suis le directeur financier de la zone Europe centre-ouest, ce qui implique de gérer le lien sur tous les sujets liés à la finance avec nos partenaires de distribution tiers et de gérer l’équipe de back-office de notre entité Belux Rémy. La zone est très diversifiée avec nos propres bureaux en Belgique et au Luxembourg, et comme la Suisse est un très grand marché pour LOUIS XIII, nous avons notre propre équipe de vente sur place. En dehors de la Belgique et du Luxembourg, mon rôle est plutôt celui de contrôleur financier.  

Pourquoi rester 10 ans dans le même groupe ?

Pour les gens et les marques. La mentalité est la même dans tous nos bureaux : c’est une culture de bonnes personnes qui travaillent très dur vers un objectif commun. J’aime aussi la façon dont notre groupe est géré, c’est une entreprise familiale qui a une vision à long terme. Il ne s’agit pas seulement d’acheter des marques pour en tirer un profit. Ils veulent s’appuyer sur un portefeuille haut de gamme et ne recherchent que des produits de haute qualité ayant une histoire enracinée dans les lieux où ils sont fabriqués. Rémy Cointreau conserve l’héritage de ses marques : des marques pleines d’espoir pour l’avenir. Les personnes rejoignant Rémy Cointreau sont ici parce que les marques leur parlent. Travailler avec ces personnes donne envie de rester !

Quel est ton spiritueux préféré ?

Un Negroni avec le gin The Botanist et un soupçon de whisky de Port Charlotte ou The Botanist gin martini qui restera toujours mon préféré.

 

*ndlr. Distillateurs passionnés par le terroir : l’authenticité, lieu et provenance, traçabilité ultime. Cherchant à produire les spiritueux les plus naturels, stimulants.