Elisabeth TONA

Elisabeth TonaMarketing Director, Asie Pacifique

Témoignage

08.05.2018

De Paris à Singapour : comment réussir une expatriation

Comment êtes-vous arrivée chez Rémy Cointreau ?
Je connaissais déjà Rémy Martin car l’agence de communication pour laquelle je travaillais en Ecosse avait réalisé quelques projets pour eux. J’ai ensuite quitté l’Ecosse pour l’Afrique du sud, où j’ai travaillé dans l’industrie pharmaceutique – une expérience très utile pour comprendre les systèmes de distribution, puis nous avons vécu en Bolivie. De retour à Paris en 2011, j’ai contacté Rémy Martin. Un Marketing Manager étant en congé maternité, j’ai entamé un contrat de six mois où je m’occupais de la zone Amériques. Deux ans plus tard, une opportunité s’est présentée à Singapour.

Comment a été décidée cette mutation ?
Ce sont mes managers qui sont venus m’en parler. Le précédent Marketing Director à Singapore avait démissionné. Mon époux et moi-même avions déjà vécu des expatriations (en Ecosse, en Afrique du Sud…), aussi l’idée de partir à nouveau nous a plu. Cette proposition est arrivée plus vite que prévu, mais je me suis dit : « allons-y, c’est une nouvelle aventure pour notre famille”.

Le facteur familial a donc été important dans cette décision ?
Cette fois-ci, c’est mon mari qui m’a suivie et non l’inverse. De plus en plus d’hommes suivent désormais leurs femmes dans leurs changements de carrière. Nous recherchons un équilibre dans notre évolution professionnelle ; l’un suit l’autre et le soutient dans sa nouvelle expérience, dans son nouveau pays. Pour nous, cela a très bien fonctionné, mais il y a eu tout de même une période de remise en question, car de tels changements représentent une prise de risque pour tout le monde.

Comment vous êtes-vous préparée à ce déménagement ?
Tout s’est déroulé en douceur – d’ailleurs, c’est probablement le déménagement le plus zen que nous aillons vécu, car tout est très bien organisé à Singapour. Le département des ressources humaines m’a également beaucoup aidée, notamment pour le visa de travail de mon mari, afin que lui-aussi puisse travailler sur place. Singapour est un état très strict sur l’immigration, mais quand nous sommes arrivés, toutes les questions administratives étaient déjà réglées.

Nous avons visité Singapour pendant quelques jours après que j’ai accepté le poste, pour choisir dans quel quartier nous aimerions habiter. Tous mes collègues nous ont donné de précieux conseils sur la ville, ils ont été adorables d’offrir leur aide.

Quel serait votre conseil à des professionnels qui aimeraient tenter l’aventure de l’expatriation ?
Le plus important est d’annoncer clairement que vous êtes intéressé : prévenez votre manager et les ressources humaines, car tout le monde n’est pas prêt à déménager. Quant à la raison de vouloir partir, cela appartient à chacun. Je conseillerais de bien discuter de ce projet avec votre partenaire de vie, afin de prendre en compte tous les risques. Bien sûr, les aspects positifs sont nombreux (développement personnel, ouverture d’esprit, nouveaux horizons), mais il y a toujours un risque que le déménagement ne se passe pas si bien que cela ; il faut en être conscient pour prendre la bonne décision. D’ailleurs, un ami m’a conseillé le mind mapping pour bien noter les plus et les moins, et ça marche pour clarifier ses pensées.

Si vous avez des enfants, n’oubliez pas de réfléchir aux options de scolarité disponibles. Votre décision ne doit pas prendre en compte uniquement vos enfants, mais ils doivent pouvoir trouver leur place dans cette aventure. C’est un projet familial, pas seulement personnel.

Le poste de Marketing Manager et les évolutions de carrière chez Rémy Cointreau

Pouvez-vous nous en dire plus sur votre mission ?
Je suis directrice du marketing pour la région Asie du Sud-Est / Pacifique, ce qui implique de construire notre portefeuille de marques sur des marchés très divers. L’Australie et la Nouvelle-Zélande, par exemple, sont des marchés très matures, alors que l’Asie du Sud-Est est encore en pleine croissance.

Je travaille avec des structures locales très différentes dans la région. Je suis en liaison avec toutes les équipes des marchés locaux. Dans certains cas, nous avons nos propres employés, dans d’autres, c’est un distributeur tiers, ce qui a un impact sur ma façon de travailler. J’élabore des plans marketing annuels et je détermine comment et pourquoi l’argent va être dépensé, en identifiant les priorités tout au long de l’année.

Je visite les marchés pour comprendre la culture et les comportements des clients, ce qui est essentiel pour mon travail de marketing : événements, lancements de produits, sessions de travail avec les équipes, visite des points de vente… Mes amis trouvent que mon travail est incroyable. C’est vrai, ils oublient simplement que je suis en réunion de 9h à 19h avant de faire la tournée des bars !

Qu’est-ce qui vous plait le plus ?
L’aspect international de mon travail. C’est une réelle motivation de travailler auprès de cultures différents (thaïlandaise, vietnamienne, coréenne…) et de s’adapter constamment aux codes de mes interlocuteurs. Déménager en Asie a été un riche et grand changement.

Pourquoi Rémy Cointreau?
Pour être honnête, je pense que notre devise Des terroirs, des hommes et du temps résume beaucoup de choses. Cela remonte à ma première visite à Cognac. Traiter avec des marques qui sont implantées depuis trois siècles est très unique. C’est une grande responsabilité. Elles ont une histoire riche et seront là pour de nombreuses années encore, bien après nous. Elles sont enracinées dans le temps et vous n’êtes que de passage. C’est la continuité par la narration : des histoires de personnes humbles et authentiques qui sont passionnées par ces marques et qui représentent les mêmes valeurs d’excellence et perpétuent les mêmes traditions.

Nous avons la chance de faire partie d’un groupe qui veut faire grandir et développer son personnel. J’ai travaillé à Paris sur le marketing mondial, et maintenant je suis à Singapour sur le marketing régional. Il y a de nombreux exemples de personnes qui ont fait des démarches similaires au sein du groupe. Le développement de chacun est une force clé. Je dirais aussi la taille de l’entreprise : elle n’est pas trop grande, les lignes de communication sont directes, et vous pouvez facilement accéder au PDG. Personne n’est lost in translation ! Ici, le contact est direct, ce qui signifie que la prise de décision est assez rapide. L’arrivée de nouvelles marques au sein du groupe rend aussi les choses passionnantes.