La Maison Rémy Martin

Incarner l’art de vivre

Rééquilibrage, et redéploiement, ont caractérisé une année riche en initiatives.

Rééquilibrage de la répartition des ventes de cognacs entre les continents : celles réalisées aux États-Unis surpassent désormais nos exportations à destination de la Chine. La progression soutenue de nos marques sur le marché américain est d’autant plus remarquable qu’elle est essentiellement le fait de Rémy Martin VSOP et de 1738 Accord Royal,  attestant d’une montée en gamme réussie. La Maison a en effet délaissé complètement le marché de l’entrée de gamme, celui du VS pour se concentrer sur les cognacs plus prestigieux. Un chiffre résume cette stratégie de valeur : plus de 100 000 caisses de 1738 vendues. Un record, mais surtout la preuve de l’attractivité de notre signature et du patrimoine qu’elle évoque.

Rééquilibrage mais aussi redéploiement en Chine, un marché en pleine mutation. Le luxe s’y fait désormais plus discret, même s’il fait toujours rêver. Si les circonstances de consommation évoluent, l’appétence pour le cognac y demeure intacte. Les grands banquets n’étant plus de mise, il s’agit désormais de toucher directement le consommateur final qui reçoit chez lui, ou invite en petit comité au restaurant. Tous nos efforts doivent donc porter sur la vente individuelle, pour laquelle le centaure, notre emblème immémorial, est un atout magnétique, tant il symbolise la prééminence de nos assemblages, et un culte du raffinement. A fortiori lors de l’année du cheval. La griffe a triomphé sur le premier Mathusalem de la Maison Rémy Martin, sous la marque Club : une bouteille à l’éclat doré recelant six litres de cognac aux notes d’abricot et de jasmin.

Les aéroports américains ont par ailleurs eu le privilège de présenter en premier les prestigieux coffrets de la «Collection Maître de chai ». L’accueil émouvant et enthousiaste réservé à nos maîtres de chais lors de leur tournée mondiale à l’occasion du passage de relais entre Pierrette Trichet et Baptiste Loiseau a montré par ailleurs à quel point leur talent était apprécié.

Évènement au Royaume-Uni, la création d’une Maison Rémy Martin éphémère dans le quartier londonien branché de Soho : un club privé de quatre étages où artisans et créateurs londoniens, ainsi que chefs et barmen réputés, se sont relayés pour raconter 290 années d’excel lence. Le « coeur du Cognac » y a conquis le coeur de nombreuses personnalités, et la presse ne s’y est pas trompée. Une Maison qui a par ailleurs permis d’exposer à Londres après Paris lors de la « Design Week » l’oeuvre de jeunes designers de talent interprétant le thème de la remixologie, mélangeant harmonieusement couleurs, arômes et matériaux.

En Afrique – nouvelle frontière pour nos cognacs – la marque poursuit sa conquête on trade et off trade auprès d’une clientèle jeune cultivant l’exclusivité. Les lounges Rémy Martin inaugurées dans les clubs de Johannesburg et du Cap en sont un très bel exemple.

Ainsi, aux quatre coins du monde, la dynamique de la marque, s’affirme, attirant de nouveaux passionnés et incarnant l’art de vivre français.